Petit traité de vie intérieure : le livre à avoir !

Ça y est, on y est enfin : mon premier article lecture !

Pour ouvrir le bal, j’ai choisi de vous parler du livre de Frédéric Lenoir (un auteur/philosophe que j’adore) :
« Petit traité de vie intérieure »

« Exister est un fait, vivre est un art. Tout le chemin de la vie, c’est passer de l’ignorance à la connaissance, de la peur à l’amour. » Citation « petit traité de vie intérieure »

« Petit traité de vie intérieur » est sorti en novembre 2010 aux éditions Plon. Il s’agit d’un essai dans lequel Fréderic Lenoir relate sa propre expérience sur comment mener une vie heureuse, bonne, en harmonie avec soi et autrui, en s’appuyant sur la réflexion de sages et de philosophes tels que : Spinoza, Aristote, Bouddha, Montaigne…
C’est un livre à la fois philosophique et spirituel tout en restant simple et accessible à TOUS ! J’insiste sur ce point car, il y a beaucoup de livres philosophiques et/ou spirituels qui s’adressent à un public déjà averti…

J’ai lu ce livre à mes 17 ans et il m’a littéralement bouleversé, quelque chose en moi avait changé. Ce livre fait parti des œuvres qui ont changé ma perception du monde, qui ont élargi mes horizons, étayé mes raisonnements… il fait parti des livres qui ont réellement trouvé échos en moi !
Aujourd’hui sa couverture a un peu jauni, les coins se sont un peu écornés, il y a des taches sur les pages mais je le garde précieusement près de moi, comme un doudou… J’aime le relire en cas de doute ou de coup de mou, c’est un peu comme ma bible !

J’ose espérer qu’il en sera de même pour vous

Vous l’avez lu ? Quels sont vos livres « doudou » ? Vos coup de cœur ?

 

PS : Cette page contient un lien d’affiliation (au début de l’article), il vous appartient d’acheter ce livre sur d’autres plateformes.

Enregistrer

5 Commentaires

  1. Anne-So - Ze PermaLab

    Coucou Sarah !

    Merci pour cette jolie présentation, ça me donne envie de le lire – encore un titre à ajouter à la liste qui n’en finit plus de s’allonger… ^^’
    J’aime beaucoup ton idée de “livre doudou”, c’est tout mignon !
    Le livre “grand tournant” de ma vie c’est “Introduction à la permaculture”, de Bill Mollison. Le virage avait déjà été amorcé avant cette lecture là, mais j’ai connu une vraie épiphanie entre ces pages… J’en parlerais plus avant sur mon blog ! 🙂

    Belle semaine à toi, et gratouilles à Gigi (et ton/tes félin.s) !

    • sarahBlogger

      Hello Anne-So,

      Oui je vois de quelle liste tu parles 😉
      J’ai hésité longtemps avant d’acheter “introduction à la permaculture”, je devrais le faire ! 🙂
      J’ai hâte de lire ton blog Anne-So !

      Je transmet les grattouilles à Gigi 😉

  2. Marie E.

    Je ne connaissais pas ce livre, mais tu m’as donné envie de le découvrir. Je vais essayer de le trouver dans ma médiathèque.
    Merci pour la découverte !
    A bientôt,

    • sarahBlogger

      Hello Marie,

      Je suis heureuse de t’avoir donné l’envie de le lire 🙂 tu me dira ce que tu en à pensé !

      Bises, à bientôt

  3. selignac

    Bonjour Sarah! Alors, je trouve personnellement que tu ne parles pas trop du contenu du livre… j’ai été un peu frustré du coup^^
    mes coups de coeur? plusieurs 🙂 “La relation critique” de Jean Starobinski: c’est un essai qui conjoint plusieurs méthodes d’interprétation en histoire des idées: littéraire, historique, psychanalytique… les sujets sont très divers: on passe d’un chapitre sur la laïcisation de la lecture de la bible (apparition d’une critique de la parole de dieu) à un chapitre sur la médecine psychosomatique, un autre sur l’histoire des fluides imaginaires (pour représenter l’esprit humain) un sur le lien entre la pensée surréaliste et l’occultisme, un sur la lecture des tests projectifs… tout est pertinent, tout est passionnant, c’est très érudit et d’une fluidité d’écriture impressionnante (400 pages, dévoré en 2 jours pour ma part)
    “Du monde clos à l’univers infini” d’Alexandre Koyré. Cest un livre d’histoire et de philosophie des sciences, qui parle de la découverte du caractère infini de l’univers, et de la répercussion de cette découverte sur la philosophie, la théologie, la vision de la nature… Koyré est peu connu, mais il a bossé ce sujet pendant quoi? 25 ans? et c’est un magicien de la vulgarisation: c’est très subtil, complexe, mais tout est expliqué, décortiqué par un hyperspécialiste en la matière. “Il y a des gens qui vous demandent de leur passer le sel, et vous ne comprenez rien, et il y en a qui vous parlent de Kant et vous comprenez tout” disait Deleuze… c’est plutôt le cas ici.

    Que peut la philosophie? Etre le plus nombreux possible à penser le plus possible” de Sébastien Charbonnier. écrit par un prof venant à peine de passer l’agrégation, c’est une réflexion sur ce que signifie “apprendre la philosophie” depuis l’avènement de la troisième république jusqu’à nos jours… et un démontage en règle, historique et sociologique, de l’enseignement de cette discipline d’un point de vue scolaire^^ vue comme “la discipline reine” angoisse de sa démocratisation, vision aristocratique, tout est passé au crible, analysé et parfois démoli joyeusement: pourquoi mettre des notes et introduire une hiérarchie? pourquoi dire que les élèves “pensent mal”? pourquoi cette sacralisation des textes et des pensées apprises? pourquoi ne pas enseigner la philo en lycée technique? c’est brillantissime (l’auteur n’a pas 30 ans) extrêmement stimulant et bourré d’idées et d’impertinence.

    “L’objet” De jean Guillaumin. C’est un essai sur ce que signifie le concept d’objet en psychanalyse (l’investissement d’objet, l’amour d’objet) à partir du moment où on considère que ce n’est pas un objet externe jeté devant moi (comme le dit l’étymologie) mais quelque chose qui est déjà en partie constitutif de moi, donc interne. Lecture complexe, car l’écriture est très dense, très précise… mais par contre très nourrissant une fois qu’on se l’est approprié (j’ai du le citer à tous mes partiels de psycho en master 1 et dans mes 2 mémoires +on peut ensuite appliquer pas mal de choses à la compréhension de la propre vie, de ses relations aux autres) pas facile, mais complètement fondamental de mon point de vue (premier chapitre à lire plusieurs fois… tout le livre y est en concentré)

    et enfin^^ “Désir et contraintes en Grèce ancienne” de John Winkler: c’est une tentative audacieuse de réinterprétation féministe de l’antiquité (donc de critique des lectures antérieures, et de réhabilitation d’une place, même niée, des femmes à l’époque) beaucoup d’informations mobilisés, parfois drôle et jouissif, d’une honnêteté intellectuelle remarquable, complètement décapant, donne envie de reprendre des études d’histoire^^ (j’en ai parlé sur mon propre blog)

Laisser un commentaire