Je n’ai pas de seins et alors ?

Je n’ai pas de seins, genre pas du tout, à peine un petit A… J’ai espéré tout le collège et le lycée que mes seins décident enfin à pointer le bout de leur nez, je rêvais de pouvoir arborer sur la plage un magnifique bikini, de pouvoir porter de jolies robes bustier, et de pouvoir me regarder dans la glace sans détester mon corps. Mais à 18 ans toujours rien, que dalle ! J’ai donc fini par me rendre à l’évidence, je resterai une femme sans poitrine.

Et durant ces longues années, ce fût une réelle source de souffrance et de dégoût pour moi. Notamment à cause du regard que portaient les « garçons » sur moi (hummm la période de l’adolescence et de la puberté c’est tellement fun). Combien de fois j’ai entendu que je n’étais pas une vraie femme, que c’était moche, pas attirant…

Autant de réflexions qui m’ont fait penser que sans seins je ne pourrais jamais plaire, jamais être désirée. Au point que j’ai même envisagé de faire de la chirurgie esthétique à l’âge de 16 ans, puis à 18 ans.

corpsPin It

Être féminine sans poitrine

Jusqu’au jour où j’ai réalisé que mon corps de jeune et de femme en devenir avait été réduit à une paire de seins. Juste à ça. C’est aussi à cet instant que j’ai commencé à réaliser que je souffrais de mon image non pas car je ne m’acceptais pas dans le fond, mais car la société passait son temps à me renvoyer en pleine figure que pour être une femme (une vraie) il fallait avoir des seins (publicités, photos de magazine, lingerie…). Et elle n’avait pas formaté que moi à penser ça, elle avait aussi laissé croire aux futurs hommes, qu’une femme devait être grande, mince, avec de belles fesses rebondies, et au minimum un 85B.

J’avais failli me faire opérer, déformer mon corps naturel pour coller aux diktats d’une beauté hypothétique.

Alors j’ai décidé de m’aimer tel que j’étais. J’ai déconstruit petit à petit tous les schémas et barrières que je m’étais mises et qu’on avait décidé de me mettre. J’ai décidé de porter des bikinis et des robes bustiers, j’ai arrêté de mettre des soutiens gorge push-up (encore un formidable outil créé par l’industrie de la mode pour coller un peu plus à l’image de la « femme parfaite »), j’ai même arrêté de mettre des soutiens gorges (enfin presque à 100%), après tout dans ma situation à quoi bon en mettre ?!

poitrinePin It

Et c’est alors qu’il s’est passé quelque chose de magique : plus je m’acceptais, plus j’apprenais à m’aimer et plus le regard des autres (des hommes) changeait à leur tour. Je pouvais tout à fait être féminine, attirante, sensuelle et désirée sans poitrine ! Et petit bonus : on m’a toujours regardé dans les yeux ahaha !

C’est dur, c’est violent de grandir et de devenir une femme épanouie et en totale acceptation de son corps dans cette société. Et bien souvent, trop souvent, nous devons nous battre pour affirmer ce que nous sommes, et ce que nous voulons être. Détruire les schémas préconçus le plus tôt possible, par l’éducation, est, à mon avis, urgent ! Combien ont été ébranlées durant leur puberté par des remarques, des préjugés, combien en gardent encore des séquelles ? (attention je ne dis pas que pour les jeunes hommes c’est moins dur).

Aujourd’hui, moi et mes petits seins on se porte bien. Mais j’avoue avoir parfois envie de crier aux femmes qui ne s’aiment pas, qui ne s’acceptent pas, qu’elles sont belles, et qu’elles méritent de s’aimer ! Peu importe leurs « défauts » peu importe les remarques et jugements.

Et surtout n’oubliez pas, notre corps est notre maison, il faut en prendre soin.

24 Commentaires

  1. Ornella

    Arf je comprends. J’ai beaicoub de complexes mais celui de la poitrine n’en fait pas partie. Pour autant, j’ai toujours trouvé dommage que des femmes se réduisent à leurs seins “manquants”. Une fille comme Keira Knightley m’a toujours fascinée. Elle a un long cou et le haut du dos arrondi, ses seins pour ainsi dire, “rentrent en elle” et pourtant elle est sexy, et attirante. Au final, tout n’est question que d’aura.

    • sarahBlogger

      Je t’avoue que je me suis longtemps “rassurée” en regardant Keira Kingthley ahahah. Mais tu as tout a fait raison, l’aura fait beaucoup !

      Bises Ornella

  2. Pêche & Églantine

    Merci merci merci.
    Cela fait tant de bien de lire des témoignages comme cela, de rencontrer des femmes qui crient elles aussi haut et fort que notre féminité ne se résume pas à notre poitrine.

    Ce sujet me touche tout particulièrement et j’ai moi aussi écrit quelques articles pour dire que non, être une femme ne veut pas dire avoir des formes et des rondeurs. Que l’on peut-être belle, féminine et forte sans toutes ces courbes.

    D’ailleurs avoir des petits seins à pleins d’avantages ! Je le dis notamment dans un article mais cela permet de ne pas porter de soutiens-gorge puisque, personnellement au moins, cela ne me sert pas vraiment… Alors les push-ups que j’ai longtemps mis moi aussi sont rangés bien loin au fond du placard. Et tu sais quoi ? Cela me fait un bien fou !!

    Je te souhaite une merveilleuse journée,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

    • sarahBlogger

      Hello,

      Je suis heureuse que l’article te plaise 🙂
      J’irais voir tes articles sur le sujet ! Mais tu as raison, avoir de petits seins à de nombreux avantages 😉

      Belle fin de semaine 🙂

  3. La boutonneuse

    Dur dur de vivre dans cette société avec tant de préjugés, d’idées préconçues, de diktats mais on y arrive avec des voix comme la tienne.
    J’ai eu quelques complexes à l’adolescence, notamment celle de la petite poitrine. J’ai reçu pas mal de réflexions.
    Cela m’a parfois attristé. J’ai prié pour que mon corps se décide enfin à se soumettre à tous ces diktats.
    Mais au final pour satisfaire qui? Pas moi c’est sûr.
    Aujourd’hui je suis fière d’avoir une “poitrine de serpent” (comme on nommait gentiment ma poitrine à l’époque). Je m’assume, je m’aime et j’emmerde ceux qui pensent le contraire (mais c’est que je suis grossière aujourd’hui moi mdr).
    Merci pour ta voix, ton témoignage, cet hommage à toutes les femmes peu importe comment elles sont foutues.

    • sarahBlogger

      Merci pour ton message qui me touche beaucoup !
      C’est sur que qu’en on fait en sorte de plaire aux autres avant de se plaire, un jour ça coince ! Et surtout on est malheureux !
      Tu as bien raison, on **** tout ceux qui veulent nous complexer ! ahahah

      Prends soin de toi 🙂

  4. Fanny

    Que cela fait plaisir de lire un témoignage comme le tien. Mon expérience est exactement la même que la tienne. J’ai toujours pensé que ma poitrine finirait pas “pousser”, un jour, surtout que ma mère et ma petite soeur ont beaucoup de poitrine… 18 ans, rien ; 20 ans, rien… 25 ans… toujours rien. Heureusement, j’ai rencontré mon amoureux et j’ai réussi à aimer ma poitrine telle qu’elle est : petite, à peine marquée. J’ai découvert le bonheur de ne pas porter de soutien-gorge : comme toi je m’obligeais à porter des push-ups, qui au final me complexaient encore plus car j’avais l’impression de “mentir”, d’être fausse. Du coup, tout cela m’a fait beaucoup relativiser et j’apprécie de ne pas avoir mal au dos, de pouvoir rentrer dans les vêtements que je veux sans avoir à me poser la question si ma poitrine passe ou non, si ce n’est pas trop échancré etc, et au final… je suis très heureuse comme je suis 🙂

    • sarahBlogger

      Hello Fanny,

      Je n’en n’ai pas parlé dans l’article mais ma mère à aussi une poitrine développée, du coup j’y ai vraiment cru ahahah mais non, raté !
      Et pour les “push-up” je suis d’accord avec toi, j’avais aussi la sensation de mentir… Et malgré tout, ça fait mal les push-up je trouve !
      Et oui il y a beaucoup d’avantages en fin de compte à avoir de petits seins 😉

      Belle semaine à toi 🙂

  5. Elisa

    Perso, j’avais le problème inverse quand j’avais ton âge et je complexais beaucoup. J’ai maigri, j’ai eu un enfant, j’ai perdu encore plus de poitrine et je me suis sentie beaucoup mieux.

    • sarahBlogger

      Oui le complexe marche dans les deux sens, j’ai beaucoup d’amie qui ne supporte pas leurs poitrines développées, car c’est source de remarques déplacées, car elles ont mal au dos, que pour s’habiller ce n’est pas toujours évidents… Bref, je pense que s’accepter tel qu’on est est une des clefs vers la paix intérieur et la liberté 🙂

      A bientôt 🙂

  6. ninanie

    Note optimiste : en vieillissant, on prend de la poitrine. C’est mon cas ;). Certes, ce n’est pas l’opulence mais gros avantage : ils sont fermes et ne tombent pas.

  7. Maman Lempicka

    Dotée d’une très faible poitrine, j’ai moi aussi longtemps rêvé qu’un miracle miraculeux se produise, mais force est de constater que la génétique familiale ne joue pas en ma faveur. Je n’ai jamais pensé à la chirurgie, mais par contre, si un jour ils inventent une piqûre résorbable qui fait gonfler tout ça, je ne dirais pas non…Il faut dire que j’ai goûté aux joies d’une poitrine rebondie durant mes trois grossesses, et je me sentais terriblement sexy…C’est con hein? Je crois que les diktats ont encore une emprise sur moi. Ce qui est sûr, c’est que je m’accepte avec, ce n’est pas un complexe, et surtout, je préfère mille fois avoir une trop petite poitrine qu’une trop grosse. Ca donne quand-même à la silhouette une allure plus jeune et élancée, parce que ça ne tombe pas. Et je mise sur MON atout principal: mes fesses!

    • sarahBlogger

      Oui il parait que la grossesse peut faire prendre de la poitrine et qu’on peut même la garder dans certain cas ahahah 😉
      Les fesses c’est bien aussi 😉

      Bises

  8. Marie E.

    Un article dans lequel je me reconnais totalement. J’ai moi aussi attendu que ma poitrine pousse, sans succès. Je me sentais ridicule à côté de mes amies, en bikini, mais aussi et simplement dans mes vêtements. Ce complexe, je me le suis créé moi-même, j’avais l’impression que tout le monde y prêtait également attention, mais finalement aujourd’hui je crois surtout que c’est moi qui en faisait une obsession.
    Aujourd’hui, j’ai abandonné mes push-up pour des triangles bien plus confortables et jolis je trouve (de plus en plus, je pratique également le #nobra). Et aussi, aujourd’hui je prends conscience des avantages d’avoir une petite poitrine, notamment pour la pratique sportive et pour la santé de mon dos (j’ai 2 amies du collège qui ont dû se faire refaire la poitrine, mais pour en retirer, car elle leur provoquait de gros problèmes de santé, de douleurs dorsales…).
    Bref, assumons-nous comme nous sommes et arrêtons de croire qu’il y a des codes. Nous sommes toutes plus belles les unes que les autres !
    Merci pour cet article en tout cas Sarah. A bientôt,

    • sarahBlogger

      Hello Marie,

      C’est vrai qu’une petite poitrine est je pense plus pratique ahaha !
      Tu as bien raison de t’assumer, c’est sûrement le plus dur mais quand on y arrive c’est une vraie délivrance !

      Bisous et merci pour tes encouragements <3

  9. Manu

    Je suis un homme, et ce qui me repousse sont les pamplemousses en plastique ! Naturelles et belles, mieux que rembourrées de silicone !
    Toutes les silhouettes ont des avantages, et ce qui compte c’est d’être soi-même, authentique et sensible.
    Bises à toutes,
    Manu

    • sarahBlogger

      Merci pour ton témoignage Manu ! C’est cool d’avoir des hommes qui s’expriment 🙂 surtout quand le message est positif 😉

      Grosses bises

  10. Anaïs

    Je suis arrivée par hasard sur ton blog et l’intitulé de cet article m’a tout de suite parlé !

    Je n’ai pas de poitrine et en plus je suis très large de dos. Résultat,dans l’industrie, ma taille de soutien-gorge n’existe même pas. J’ai longtemps complexé, a chaque fois que je faisais les magasins de lingerie je sortais le moral dans les chaussettes.

    Et un jour j’ai compris que les hommes s’en foutaient (du moins ceux qui sont munis d’un cerveau et de sensibilité) et que ma personne ne se résume pas à mon physique. Depuis j’ai rencontré un homme qui me trouve belle même avec des petits seins et des cicatrices sur tout le corps. Une homme qui me regarde avec les yeux de l’amour. Maintenant je m’aime aussi. Et j’y trouve même des avantages ! Moi l’été (et je vis dans le sud de la France donc l’été il fait très chaud) je ne porte pas de soutien gorge et je peux mettre des robes ou des hauts avec un dos tout ouvert. N’est-ce pas le comble du sexy ?

    • sarahBlogger

      Hello Anaïs,

      Le principal c’est de s’aimer, tu as tout à fait raison !
      Et oui, ça a certains avantages 😉

      Belle semaine à toi

  11. Nono

    Bonjour à toutes (tous?),

    Pareil, du A depuis toujours (voir moins étant adolescente !)… J’ai aujourd’hui presque 26 ans et ça n’a pas bougé.
    Et puis les hommes qui vous rappellent que l’absence de poitrine c’est laid, pas féminin etc ça n’aide pas.
    Ça me rappelle mon ex copain qui m’a rabâché que je n’avais pas de poitrine pendant huit ans et que si ça me disait je pouvais les faire refaire (bon en clair tu me forces la main?)
    Aujourd’hui je suis avec mon nouveau copain depuis deux belles années et vous savez quoi : il s’en fiche totalement et apprécie même ce détail de mon physique ! Comme quoi ils ne sont pas tous pareils, loin de là.
    Bravo à toi de t’assumer et à vous toutes

    • sarahBlogger

      Merci pour ton témoignage 🙂

      Je crois qu’il faut aimer son corps et ça fait tellement du bien aussi d’être aimé comme on est !

Laisser un commentaire